guide d'achat multimètre

Multimètre analogique : comment l’utiliser ?

Les tous premiers multimètres sont les multimètres à aiguille, aussi connus sous le nom de « multimètres analogiques ». Ils sont assez différents des multimètres numériques et se font rares de nos jours. C’est pourquoi il est utile de savoir comment s’en servir.

Apprendre à déchiffrer les réglages notés sur le cadran

Avant de vous servir de votre multimètre analogique, il est judicieux de comprendre les inscriptions que vous pourrez distinguer sur ce contrôleur universel :

  • La lettre « V » : elle représente la tension électrique/volt. Si elle est accompagnée par un tiret ondulé (V~) ou VAC ou ACV, il s’agit d’un courant alternatif et par un tiret droit (V- ou V—) ou VDC ou DCV, un courant continu.
  • La lettre « A » : elle représente l’intensité/ampère. ACA, AAC ou A~ pour un courant alternatif et DCA, ADC, A– ou A— pour un courant continu.
  • Le symbole  « Ω » ou la lettre « R » pour les plus vieux modèles : il représente la résistance/ohm.
  • Les lettres « DC+ » représentent un courant continu, quant aux « DC -» un courant alternatif.
  • Le symbole « ))) » ou presque pareil : il s’agit de l’option « test de continuité ».
  • Une flèche transpercée par une croix se dirigeant à droite : elle représente l’option « Test Diode ».
  • Les lettres « Hz » : elles représentent la fréquence d’un circuit électrique alternatif/hertz.
  • Le symbole « –|(–  » : il s’agit de l’ajustement pour la capacité électrique d’un conducteur.
  • 3 trous : le trou « COM » pour le câble noir dont l’autre bout est accordé à une borne négative, le trou mA pour le câble rouge (borne positive). Le dernier trou est là où le cordon rouge doit être introduit pour tester un circuit.

Regardez aussi : Visiophone ou interphone ?

Apprendre à se servir d’un multimètre analogique

  • Commencez par choisir le bon calibre du multimètre analogique selon lettres de chaque fonction décrite précédemment.
  • Lisez ensuite la tension sur la graduation du calibre que vous avez choisi (10V par exemple) : il y a certes plusieurs graduations, mais concentrez-vous sur celle correspondant à votre calibre ainsi qu’aux graduations de tensions (AC ou DC selon le circuit que vous testez).
  • Traduisez la tension pointée par l’aiguille. Sachez que les graduations sont séparées avec équivalence pour l’échelle des tensions (comme une règle). Pour celle des résistances par contres, elles sont logarithmiques, ce qui fait qu’une valeur se trouvant entre 2 graduations dépend de là où elles se situent. Quant aux traits entre 2 chiffres (les 3 traits entre 50 et 70 par exemple), ils sont en croissance arithmétique (55, 60, 65) même si les espaces sont un peu différents.
  • A l’opposé du calibre que vous choisissez grâce au sélecteur rotatif du multimètre, est pointé le coefficient avec lequel vous allez devoir multiplier la valeur pointée par l’aiguille dans le cadran. En suivant l’exemple précédent (calibre sur 10V), le calcule doit être : R x 100 ‘donc 50 X 100 (50 étant la valeur indiquée par l’aiguille et 100 le coefficient pointé par l’opposé du sélecteur dirigé vers 10V). Ce qui fait que la valeur réelle de la résistance de l’exemple est 5000 Ω.

Regardez aussi : larousse

votre-multimetre.com