velo ou draisienne

Qui a inventé la draisienne ?

La draisienne est un engin à deux roues, dépourvu des pédales, qui est reconnu comme l’ancêtre du vélo. Elle se présente exactement comme le vélo, avec un guidon, une selle et des roues et la faire avancer nécessite l’utilisation des pieds. Aujourd’hui, elle existe toujours et a évolué. Elle permet aux petits enfants de s’entraîner à acquérir l’équilibre. Elle a été créée par un baron allemand en 1817 et a été brevetée en France.

Karl Drais, l’inventeur de la draisienne

La draisienne, l’ancêtre du vélo, a été créée en 1817 par Karl Christian Friedrich Ludwig, un grand baron allemand de nationalité badoise. Elle a été brevetée en France et n’avait pas encore le nom draisienne. Sur le brevet, elle avait pour nom « vélocipède ». L’appellation draisienne trouve son origine du nom de l’inventeur.
Karl Drais est né le 29 avril 1785 à Karlsruhe en Allemagne et est décédé le 10 décembre 1851 en Allemagne. Il a fait ses études à Pforzheim, une école d’administration des eaux et forêts, et à l’université de Heidelberg où il a étudié la physique, l’architecture et les mathématiques.

Lire aussi : Comment programmer une souris gamer ?

Il exerça plus tard la fonction de prince-électeur. Ses activités étaient nombreuses. Il était forestier et avait également une grande passion pour l’invention. Cette passion et d’autres raisons le conduisirent à créer la draisienne. Ses études et nombreuses expériences l’aidèrent à réaliser cette ingénieuse idée.
Vers 1812, Karl Drais commença à montrer au grand jour ses inventions. Retrouvez un comparatif des meilleures draisiennes en cliquant ici. Cette année-là, il inventa une machine qui pouvait faire la transcription directe des différentes notes d’un piano sur une partition. Ensuite, vers 1814, il présenta devant le congrès, l’un des engins qu’il avait inventés. Cet engin était à quatre roues et pouvait avancer grâce aux efforts musculaires des hommes.

Le contexte d’invention de la draisienne

Karl Drais avait certaines raisons de créer la draisienne. À l’origine, il ne l’appelait pas draisienne, mais plutôt une « machine à courir ». Il fut le premier à l’utiliser en parcourant plusieurs kilomètres. L’Europe tout entière était plongée dans une grande période sombre. Il y eut une éruption volcanique ravageant tout, qui maintenait les températures négatives. Cette année-là, l’Europe ne connut pas l’été.

Cette situation touchait autant les animaux que les hommes. Les chevaux mouraient en masse, alors qu’ils étaient le moyen de déplacement en vogue, sinon le seul à l’époque. Plusieurs inventeurs s’évertuaient à mettre en place des moyens de déplacement qui pouvaient avancer par la force de l’homme.
Karl Drais fut le premier à proposer un engin à deux roues, doté d’une barre de direction et qui pouvait avancer avec les efforts des hommes. On pouvait se mettre sur la selle et exercer un appui sur les pieds afin de se déplacer. En 1818, le brevet a été déposé et l’engin était connu sous le nom de vélocipède. À partir de ce moment et pour trois ans, il eut un succès fulgurant.
La situation s’étant arrangée dans toute l’Europe, un autre inventeur a eu l’idée de faire mettre des pédales au modèle qui existait déjà. C’est ainsi que sont nés le vélo et beaucoup plus tard, la moto. Vers 1997, la draisienne est ressuscitée par une entreprise allemande et est utilisée par les enfants comme un jouet et un objet d’apprentissage.